Témoignages de sages-femmes
Vous êtes ici : Accueil > Actus > 2015 Témoignage de sages-femmes

Dans le cadre des programmes de Lutte contre la Mortalité Maternelle et Néonatale, financés par la Fondation Sanofi Espoir, que l'association Les Enfants de l'Aïr a initiés depuis 2010 au Niger, puis en Guinée et au Mali, nous souhaitons vous faire partager les témoignages que nous avons reçus des sages-femmes avec qui nous sommes en étroite collaboration.

Niger - témoignages des sages-femmes de l’hôpital de District de Tanout

 

 

 

« Voir une femme pratiquer une méthode de contraception c’est un souhait ardent pour moi.
Car espacer les naissances permet d’être plus forte afin de contracter la prochaine grossesse, ça permet aussi de sauver la vie de la mère et de l’enfant en un mot un moyen de lutte contre la mortalité maternelle et néonatale.
Le rôle de la Sage femme est de suivre régulièrement les femmes quand elles sont enceintes biens portantes ou malades. Lors de la consultation, le fait d’entendre les bruits du cœur du fœtus dans le ventre de sa mère cela m’impressionne beaucoup. Assister une femme pendant le travail d’accouchement jusqu’à l’expulsion du bébé, quand il crie, je crie de joie aussi.
Le métier de la sage-femme est un métier noble. »

Mme Hassan Halima, sage-femme responsable de la maternité HD Tanout au Niger

 

 

« Admettre une femme en travail, la suivre jusqu’à ce qu’elle accouche d’un enfant vivant avec un apgar 10/10 m’impressionne beaucoup à chaque fois .
Notre principal rôle en tant que prestataire qualifiée c’est de prendre en charge les mères, les nouveaux-nés en pré, per et post natal, de les aider à faire un choix libre et éclairé en planification familiale en vue de réduire les nombreuses grossesses rapprochées et la mortalité maternelle et néonatale, suivre les enfants en consultation nourrisson sain et bénéficier des toutes les vaccinations.
La profession de la sage-femme demande beaucoup plus de savoir faire, de conscience professionnelle, de don de soi, de dévouement, de la vocation dont la pratique est centrée sur la patience. 
»

Mme Sadeck Nana Haouaou Sanoussi, sage-femme contractuelle maternité HD Tanout

Guinée - témoignages des sages-femmes des hôpitaux de Siguiri et Kankan

 

 

 

 

« La naissance d’un enfant constitue pour nos familles un événement heureux et pourtant elle n’est pas toujours sans risque pour la mère et l’enfant.
C’est pourquoi notre défi est d’assurer une maternité sans risque, en les surveillant correctement, en leur offrant des soins appropriés et en leur donnant des conseils utiles. 
»

Mme Aicha Diakité, sage-femme à la maternité de L’Hôpital Préfectoral de Siguiri

 

 

« Voir une accouchée indemne de toute complication liée à la grossesse, à l’accouchement et au post partum avec son enfant bien portant est pour moi un honneur et un réconfort moral. C’est pourquoi, nous devons professionnalisme, rigueur et disponibilité. »

Mme Kouloutim Saran Kaba, sage-femme à la maternité de l’Hôpital Régional de Kankan

 

 

 

« J’éprouve réellement de l’empathie face à une mère et à son enfant à risque de mortalité maternelle et néonatale, car chaque décès de mère et/ou de son enfant constitue un drame.
Alors conjuguons ensemble nos efforts pour renverser la tendance et c’est bien possible.
 »

Fatoumata DOUMBOUYA, sage-femme KOSIMANKAN

Mali - témoignages des sages-femmes du CHU Point G de Bamako

« Je voudrai faire des témoignages à l’occasion de la journée Mondiale de la sage-femme célébrée chaque 5 mai.
J’ai eu à faire des accouchements et à assurer la surveillance des femmes enceintes pour lutter contre la Mortalité Maternelle et Néonatale dans ma chère patrie le Mali.
Toujours dans ce cadre j’ai donné des soins pendant 15 jours aux mères et aux bébés dans l’unité de soins mère Kangourou, assuré le suivi médical et l’accompagnement psychologique des femmes dans leur lourde tâche (couches) qui est la période périnatale.
En tant que membre du Conseil National de l’Ordre des sages-femmes, j'ai accompagné le gouvernement dans presque tout ce qu’il a entrepris concernant cette Lutte contre la Mortalité Maternelle Néonatale et Infantile.
J'ai été à l’intérieur du pays dans la région de Ségou pour faire le dépistage du cancer du col aux femmes sans oublier les séances de planification familiale dispensées à celles-ci.
Dans l’exercice de ma profession j’ai eu à gérer des situations difficiles telles que : accouchement de nouveau né malformé ; prématuré réanimé ; hypotrophe ; mort né frais et nacéré. J’ai aussi posé le diagnostic de pré éclampsie, de bassin rétréci, de grossesse gémellaire, d’hydramnios
. »

Mme Kadiatou Traoré dite Kady, sage-femme Maitresse à la Maternité du Centre Hospitalier Universitaire du Point G de Bamako au Mali

 

 

 

« Dans un pays comme le Mali où les mortalités maternelles et néonatales sont très élevées (368/100000 et 35/1000), le rôle de la Sage femme est de sensibiliser les femmes sur la nécessité de la consultation prénatale et des accouchements assistés afin de réduire ce fléau. »

Mme Diodio Fané, sage-femme au CHU Point G de Bamako au Mali

 

 

« Nul ne doit mourir en donnant la vie.
Malgré toutes mes années de pratique (depuis 1984) , je reste sensible à la mortalité maternelle et néonatale.
Je demande à toutes les femmes en âge de procréer de prendre bien soin d’elles.
»

Mme Sangare Kadiatou, sage-femme au CHU Point G de Bamako au Mali

  Retour haut de page                                                                             Plan du site
Nous connaitre Santé Éducation / Formation Agriculture Logistique / Maintenance
Zones d'activités
Niger Guinée Mali